ADAM

La pieuse Madame Bourignon était sûre qu’Adam avait été hermaphrodite, comme les premiers hommes du divin Platon. Dieu lui avait révélé ce grand secret ; mais comme je n’ai pas eu les mêmes révélations, je n’en parlerai point. Les rabbins Juifs ont lu les livres d’Adam ; ils savent le nom de son précepteur & de sa seconde femme ; mais comme je n’ai point lû ces livres de notre premier père, je n’en dirai mot. Quelques esprits creux, très savans, sont tout étonnés quand ils lisent le Veidam des anciens brahmanes de trouver que le premier homme fut créé aux Indes, &c. qu’il s’appelait Adimo qui signifie l’engendreur, & que sa femme s’appelait Procriti qui signifie la vie. Ils disent que la secte des brahmanes est incontestablement plus ancienne que celle des Juifs, que les Juifs ne purent écrire que très tard dans la langue cananéenne, puisqu’ils ne s’établirent que très tard dans le petit pays de Canaan ; ils disent que les Indiens furent toujours inventeurs, & les Juifs toujours imitateurs, les Indiens toujours ingénieux, & les Juifs toujours grossiers ; ils disent qu’il est bien difficile qu’Adam qui était roux, & qui avait des cheveux, soit le père des nègres qui sont noirs comme de l’encre, & qui ont de la laine noire sur la tête. Que ne disent-ils point ? pour moi je ne dis mot ; j’abandonne ces recherches au révérend père Berruyer de la Société de Jésus ; c’est le plus grand innocent que j’aie jamais connu. On a brûlé son livre comme celui d’un homme qui voulait tourner la Bible en ridicule : mais je puis assurer qu’il n’y entendait pas finesse. (Tiré d’une lettre du chevalier de R**.)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site