L’Écolier - Alcide de Beauchesne (1804 – 1876)

 

La victoire était sa compagne,

Et le globe de Charlemagne

Était trop léger pour sa main.

Victor Hugo,

 

 

À genoux ! à genoux ! au milieu de la classe !
          L’enfant mutin !
Dont l’esprit est de feu pour l’algèbre, et de glace
          Pour le latin ! »

Ainsi parlait le maître à l’élève indocile,
          Car l’écolier
Était du petit nombre ardent et difficile
          À se plier.

Enthousiaste et fier, comme on l’est à son âge
          Dans le midi,
Ses yeux noirs éclairaient d’une lueur sauvage
          Son front hardi.

Loin de ses compagnons, dans les heures de trêve,
          Pensif et seul,
Aux beaux jours, il s’en va s’asseoir avec son rêve
          Sous un tilleul.


Car aux plaisirs bruyans on dirait qu’il préfère
          Le noir chagrin ;
Et son maître a songé parfois qu’il pourrait faire
          Un bon marin.

L’hiver, c’est la saison qu’il aime ! que de charmes
          N’a-t-elle pas
Quand le ciel aux enfans semble jeter des armes
          Pour leurs combats !

Alors ce sont des forts, des redoutes de neige,
          Un grand château ;
Puis un mouchoir flottant, qui couronne le siège
          Comme un drapeau !

Et puis des boulets blancs dont la grêle foudroie
          Les flancs pressés ;
Puis les cris triomphas des soldats, et leur joie
          S’ils sont blessés !


Géographe apprenti, quelquefois il s’amuse
          À situer
Les vieux empires peints sur des cartons qu’il use
          À remuer.


Un jour que, s’essayant sur la route inconnue
          Qu’il mesura,
Montgolfier triomphant s’envolait dans la nue,
          L’enfant pleura.


Oh ! que ne planait-il ainsi loin de la terre,
          Fier et pareil
À l’oiseau souverain qui s’en va solitaire
          Droit au soleil !

D’où vient donc cette flamme à cette jeune tête
          Et ce frisson,
Quand il sent, indigné, qu’une chaîne l’arrête
          Dans sa prison ?


D’où lui vient ce mépris des études vulgaires ?
          Et dans son cœur,
Ce tourment où se mêle avec des bruits de guerre
          Un cri vainqueur ?

A-t-il donc par un coin soulevé le grand voile
          De l’avenir ?
Et d’un secret de gloire entend-il une étoile
          L’entretenir ?

Non ; il pense à son père, à son île captive,
          À son ciel pur,
À ses rivages nus où se roule plaintive
          La mer d’azur.

Il songe à son rocher qu’il aime mieux qu’un monde,
          À son berceau,
Que le ciel a placé tremblant au bord de Tonde
          Comme un roseau.

Puis il se dit : — Je veux épouser une fille
          D’Ajaccio :
L’été, j’établirai ma petite famille
          À Vecchio.

Que nous serons heureux dans notre maison blanche,
          Aux gazons verts,
Qu’indique au gondolier le palmier qui se penche
          Au bord des mers !

C’est là que je mourrai, comme ceux de ma race !
           Car, ignoré,
J’aurai passé dans l’ombre, et sans laisser ma trace
           Je m’en irai !!!

Alors au fond de l’ame il sentait la tempête
           Qui s’élevait !
Il L’écoutant, croisait les bras, baissait la tête
            Puis il rêvait…


Rêvait-il qu’il faudrait par front un diadème
            Dans sa maison,
Et qu’on l’appellerait de son nom de baptême
            Napoléon !

À genoux ! à genoux ! au milieu de la classe !
            L’enfant mutin !
Dont l’esprit est de feu pour l’algèbre, et de glace
            Pour le latin ! »

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site