A

 

Elle. Ex. A va aller se promener chez ses parents.

Ce. Ex. A soir, nous irons au concert.

De. Ex. Voici le chapeau à Pierre.

E. Ex. Couvarte, vardir, alarte, avarse.

Chez. Ex. Aller au médecin, au prêtre.

Abajoue, n. f.

Bajoue, partie de la tête d'un animal qui s'étend depuis l'œil jusqu'à la mâchoire.

Abander, v. a.

— Réunir en groupe un certain nombre d'individus.

— Soulever une assemblée en l'ameutant contre soi.

Abander, (s'), v. pr.

Se réunir en groupe, en bande. Ex. Ne t'abande pas avec ces mauvais garnements, c.-à.-d., ne te mêle pas à eux, à leurs jeux.

Abandonner, v. a.

Cesser. Ex. J'ai abandonné de fumer.

A bas, loc.

A terre. Ex. l'enfant est à bas, il vient de tomber de sa chaise. Dans le vieux français on écrivait abas pour signifier en bas, ici-bas.

Abatages, n. m. pl.

Abatis, tête, cou, ailerons, pattes de volaille.

Abatteux d'ouvrage, loc.

Individu qui taille beaucoup de besogne en un temps donné. En Normandie on dit un homme d'abat, qui travaille vite et beaucoup.

Abattre, v. a.

Faire, exécuter. Ex. Voici un ouvrier qui abat beaucoup d'ouvrage dans une journée. Allusion à ceux qui abattent du bois.

A belle heure, loc. adv.

Tardivement, après l'heure voulue. Ex. Tu arrives à belle heure, toi; pourquoi avoir tant retardé?

Abîmer, v. a.

—Salir, tacher. Ex. Prenez garde d'abîmer mon habit. En Bretagne, abîmer comporte une signification identique.

—Injurier. Ex. Je me suis fait abîmer par ce gars-là.

Abîmer l'eau, faire eau. Ex. Ma chaloupe abîme l'eau.

Abîmer (s'), v. pron.

Se blesser. Ex. Il s'est abîmé les doigts en travaillant au jardin.

Able.

La plupart des terminaisons en able se prononcent comme si la lettre l n'existait pas. Ex. agréabe, aimabe, capabe.

Aboiteau, n. c.

Mot de provenance acadienne, qui signifie digue. Nous trouvons dans Littré, (vol. suppl.) «Aboteau, barrage, obstacle mis au cours de l'eau dans la Saintonge. Etymologie: a et bot qui signifie une digue, suivant le glossaire Aunisien.» La Saintonge, pays natal de Samuel Champlain, fondateur de Québec, a fourni à l'émigration française en Acadie un bon nombre de ses enfants. F. Godefroy, dans son Lexique de l'ancien français, cite le verbe aboiter qui signifiait tromper. Tromper la mer ou un fleuve au moyen d'une digue, ne serait pas après tout si mal; de là, pourrait-on dire, un aboiteau. Le mot Saintongeois est aboteau, petit batardeau fait pour retenir l'eau; d'abotare de basse latinité. Du Cange lui donne un sens juridique: abotum, abotamentum.

A bonne heure, loc. adv.

De bonne heure. Ex. Viens donc aussi à bonne heure que tu pourras.

Abord, n. m.

—Grande réunion d'individus arrivant tous ensemble au même lieu.

—Moment, court espace de temps. Ex. Il commence à tonner, ce ne sera qu'un abord.

Abord (d') que, loc.

Puisque: Ex. D'abord que tu le veux, je me rends.

Abordade, n. m.—Abordage.

Aborder, v. a.

—Approcher. Ex. Aborde ici que je te parle.

—Heurter par accident. Ex. Sa voiture a abordé la mienne au coin de la rue Couillard.

Abouler, v. n.

—Aboutir, finir. Ex. Aboule et finissons-en.

—Payer une dette. Ex. Je vais le presser tellement qu'il finira par abouler.

About, n. m.

—Extrémité d'un terrain confinant au terrain d'un autre, dans le sens de la longueur.

—Planche de labour à l'extrémité d'un champ. Autrefois le mot habout signifiait fond de terre abandonné à un créancier et désigné par ses tenants et aboutissants, dans la coutume de Lille.

Abouter, v. a.

—Joindre par le bout deux choses susceptibles d'être adaptées l'une à l'autre.

—Confiner. Ex. Ma terre aboute à celle de Mathieu.

—Faire un about.

—Disposer une planche de labour à l'extrémité d'un champ.

Aboutir, v. n.

—Finir. Ex. Aboutis donc, tu retardes mon ouvrage.

—Réussir. Ex. Cette affaire a abouti heureusement.

—Avoir le dessus, prévaloir. Ex. Son opinion n'aboutira pas plus aujourd'hui qu'autrefois.

A brasse-corps, loc. adv.

A bras-le-corps. Ex. Allons, les enfants, vous allez colleter, prenez-vous à brasse-corps.

Abre, âbre, n. m.

Arbre. Ce mot est d'origine normande: «Pour l'amour du buisson va la brebis à l'abre.»—Proverbe du XVe siècle, cité par Leroux de Lincy. (Prov. français, t. I, p. 97.)

Abrier, v. a.

—Abriter. Se dit surtout du fait de couvrir une personne couchée et qui veut se mettre à l'abri du froid ou de l'air. Dans le sens propre, abrier signifie se mettre à couvert sous un arbre. (Lac. de S. Pallaye.)

—Excuser. Ex. Ne cherche pas à l'abrier (ou l'abriller), il est certainement coupable.

Abrier (s'). v. pr.—S'envelopper, se couvrir, se mettre à l'abri.

Abriller, v. a.—V. Abrier.

Abriller (s'), v. pr.—V. S'abrier.

Abroué, n. m.

Abreuvoir, mare d'eau. Ex. Va mener le cheval à l'abroué.

* Abuser, v. a.—Injurier, dire des paroles dures. Ex. C'est un polisson qui m'a abusé. (Angl.)

* Abutment, (m. a.)

Culée, arc-boutant, but, borne, contre-fiche.

Acadien, enne, adj.

Nom donné à tout Français né dans les Provinces Maritimes, bien que l'ancienne Acadie ne comprît que la Nouvelle-Ecosse actuelle. Il se rencontre encore un bon nombre de familles acadiennes dans la Province de Québec.

Acagnardi, part. pas.—Bourru et misanthrope.

Acagnardir (s'), v. pr.

Devenir paresseux, bourru, d'humeur acariâtre, misanthrope.

L'Acad. dit s'acagnarder, se plaire dans la solitude.

A cause que, loc.

Parce que. Ex. Je suis allé me promener à cause qu'il faisait beau.

Accablation, n.f.

Accablement. Ex. Ces enfants sont insupportables, ils mettent tout à feu et à sang; quelle accablation!

Accalmir (s'), v. pron.

Se calmer. Ex. Le temps commence à s'accalmir.

Accaparer (s'), v. a.

Accaparer. Ex. Il est défendu de s'accaparer le bien d'autrui.

Accent, n. m.

Action, ardeur, en parlant d'un cheval. Ex. Mon cheval a un bel accent.

Acceptance, n. f.

Acceptation.

Accommodation, n. f.

—Confort. Ce steamer manque d'accommodation.

Train d'accommodation, train spécial pour accommoder les voyageurs d'une région restreinte.

Billet d'accommodation, billet de complaisance, qui permet au voyageur de se promener gratuitement.

Accomparager, v. a.

Comparer.

* Accomplissements, m. pl. (Angl.)

Talents, qualités, connaissances en général.

Accord, n. m.

Réconciliation. Ex. Pourquoi vous chicaner, il faudra ensuite que vous fassiez l'accord.

Accordant, adj.

Conciliant, facile en affaires.

Accords, n. m. pl.

Accordailles, fiançailles.

Accoster, v. a.

S'approcher de quelqu'un pour lui parler. Ex. Quel ennuyeux, il accoste tout chacun sur la rue.

Accoter, v. n.

—Appuyer, soutenir. Ex. Cet homme jouit de hautes influences, il est bien accoté.

—Egaler. Ex. Cet individu a du talent, il est difficile à accoter.

—Accoter une porte, la rendre stable au moyen d'un meuble, d'un morceau de bois, d'une pierre.

Accoter (s'), v. pr.

—S'appuyer sur un mur, un meuble, etc., de façon à se trouver à l'aise et à rester en place pendant un certain temps.

S'accoter l'estomac, bien manger.

Accotouer, n. c.—Dossier de chaise.

Accoupler, v. a.

Attacher, en parlant des wagons de chemins de fer.

Accoupleur, n. m.—Homme d'équipe.

Accoutumance, n. f.

—Habitude.

—Caprice, fantaisie. Ex. Ces enfants sont remplis d'accoutumances. Ce mot qui, d'après Vaugelas, était déjà vieilli au XVIIe siècle, est resté. Nous le trouvons dans Marot, La Fontaine, Montaigne, Amyot et La Rochefoucauld, de même que dans la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie.

Accouver (s'), v. pron.

S'accroupir, comme la poule qui couve.

Accrapoutir, v. a.

—Ecraser. Ex. Je vais t'accrapoutir comme une punaise.

—Accroupir. Ex. Regarde Pierre, il est tout accrapouti dans son banc.

Accreire, v. a.

—Accroire. Ex. Tu ne me feras pas accreire cela. Ce mot vient du roman. En berrichon, accreire; en wallon, acreure; en provençal, acreire.

S'en faire accreire, se donner de l'importance. Expression vieillie qui, d'après Hatzfeld, veut dire gagner du crédit, de l'autorité.

Accrochat, n. c.

Crochet ou patère qui sert à suspendre un chapeau, un habit, etc.

Accrocheter, v. a.—Accrocher.

Accrochoir, n. m.—Même sens qu'accrochat.

Accrochouer, n. m.—Accrochoir.

Accroupiller (s'), v. pron.

S'accroupir. Ex. Accroupille-toi par terre.

Acculer, v. a.

Eculer. Ex. Ses souliers sont acculés.

Acculoire, n. f.

Avaloire, pièce du harnais qui, fixée au brancard, descend derrière les cuisses du cheval de timon, pour retenir la voiture dans une descente.

A celle fin que, loc.

Afin que. Ex. Je vais aller vous voir à celle fin que vous me rendiez mes livres.

Acertainer, v. a.

Certifier. Mot vieilli, et dont l'usage semble disparu ici.

Achalage, n. f.—Ennui, embarras.

Achalant, adj.

Fatigant. Ex. Il fait un temps achalant.—Un individu achalant.

Achaler, v. a.

—Blaguer, tromper. Ex. Cet homme s'est fait achaler dans cette affaire.

—Importuner. Ex. Va-t'en donc, tu m'achales.

—Exciter le feu. Ex. Cours donc achaler le poêle.

—Fatiguer, incommoder. Ex. Il fait un temps qui m'achale au point de me rendre malade.

Achalerie, n. f.—Ennui, fatigue.

Achargnement, n. m.—Acharnement.

Achargner, v. a.—Acharner.

Achargner (s'),—S'acharner.

Acharnation, n. f.

Acharnement. Ex. Cet homme aime ses enfants, c'est une véritable acharnation qu'il a pour eux.

Acharnement, n. m.

Attachement. Ex. Ma mère avait beaucoup d'acharnement pour ses enfants.

Achesser, v. a.

Assécher. Ex. Mes habits sont mouillés, il faut les faire achesser au soleil.

Acheter, v. n.

Devenir père d'un enfant. Ex. Les cloches sonnent un baptême, sais-tu qui vient d'acheter?

Achienneté, e, adj.

Expression acadienne pour marquer l'attachement ou mieux l'acharnement. Ex. Cet enfant est achienneté à sa mère.

Achiffe, n. f.—Affiche.

Achigan, n. m.

—Poisson que la science a rangé dans l'espèce des microptères Dolomiens. Ainsi appelé, parce qu'il est très commun dans la rivière Achigan.

Manger un achigan, ne pas faire de points au jeu de whist.

Achiquette, n. f.

—Se dit du bois que l'on corde sous forme d'échiquier, c'est-à-dire en plusieurs carrés.

Plancher en achiquette, parquet posé par carrés.

A clair (tout), loc.

Distinctement. Ex. Je l'ai entendu tout à clair.

Acmoder, v. a.

Accommoder. Ex. Acmoder du poisson.

A cœur d'année, loc. adv.

Toute l'année. Ex. Il me faut endurer ce paresseux-là à cœur d'année.

A cœur de jour, loc. adv.

Toute la journée, du matin jusqu'au soir. Ex. Travailler à cœur de jour.

A cœur jeun, loc. adv.

A jeun. Ex. Le docteur me fait prendre ses bolus à cœur jeun.

A compte (en), loc. adv.

A compte. Ex. J'ai reçu dix piastres en à compte. On peut dire: J'ai reçu un acompte de dix piastres, ou dix piastres à compte.

Aconnaître, v. a.

Connaître. Ex. Pierre est revenu des Etats; il a eu de la misère à se faire aconnaître.

Acouillau, acoyau, n. m.

Coyau, pièce de bois posée sur la base des chevrons et l'angle du mur, de manière à dépasser la saillie de l'entablement et à former l'avance de l'égoût du toit.

A coup, d'à coup, loc.

Subitement. Ex. Le vent s'est élevé d'à coup.

Acoustique, n. f.

Récepteur. Cylindre évasé qu'on appuie sur l'oreille pour téléphoner.

Acquéreuse, n. f.

Acquéreur. Ce féminin a été rejeté par l'Académie.

Acquêt, n. m.

Gain, profit, chance. Ex. Tu as autant d'acquêt de ne pas te mêler de cette affaire. Mot vieilli, mais français.

Acte, n. m.

Loi. Les Actes sont le journal où sont consignés des actes: les Actes du parlement anglais, les Actes des Apôtres. D'après le B. P. F., acte pour loi est très approprié.

* Acter, v. n.

Tenir un rôle de théâtre. Ex. Ce Monsieur acte à la perfection. (Angl.) Autrefois acter se disait pour dater les actes.

A désamain, loc.

Qui n'est pas à la main. Ex. J'irais bien me loger à Saint-Roch, mais c'est trop à désamain.

A dire le vrai, loc.

A vrai dire, pour parler franchement. Ex. A dire le vrai, c'est une grosse besogne que de faire un dictionnaire.

Admettable, adj.—Admissible.

Admission, n. f.

Aveu. Ex. Le prisonnier a fait l'admission de son crime.

Adon, n. m.

—Effet du hasard, de la chance. Ex. Quel adon! Que je suis chanceux! Adon voulait dire autrefois don, présent.

—Habileté, talent. Ex. C'est un homme qui a de l'adon pour faire de belles choses, des petits chefs-d'œuvre.

Adonner, v. a. et n.

—Etre favorable. Ex. La marée adonne, allons à la pêche.

—Jouer une carte de même couleur. Ex. J'ai joué du cœur, adonne.

Adonner (s'), v. p.

—Convenir. Ex. Cet individu t'adonne-t-il, toi?

—Effet du hasard. Ex. Je m'adonnais à passer par chez vous, quand tu m'as appelé.

—S'accorder, marcher en harmonie. Ex. Ces deux cousins s'adonnent bien ensemble.

* Adresser, v. a.

Porter la parole devant une assemblée. (Angl.)

Adret, te, adj.

Adroit. Ex. Ce menuisier est adret, ce médecin est adret. S'entend non seulement de la dextérité du manœuvre, mais aussi du savoir et de l'intelligence.

Adroisse, n. f.—Adresse.

Affaire, n. f.

Faire son affaire, s'enrichir. Ex. Ce marchand fait son affaire.

Faire l'affaire à quelqu'un, le punir, le mettre à la raison. Ex. Si cet individu revient ici, je lui ferai son affaire.

Etre d'affaire, être habile en affaires.

Avoir affaire à quelqu'un Ex. Si tu ne me payes pas, tu auras affaire à moi.

Pas d'affaire, non, je ne veux pas.

Affaires, n. f. pl.

—Effets, lingerie. Ex. Déménage au plus tôt toutes tes affaires.

Faire ses affaires, aller à la garde-robe.

Affecté, e, adj.—Prétentieux, vaniteux.

* Affecter, v. a.

Influencer. Ex. Rien ne saurait affecter mon vote à la Chambre, ni promesses, ni menaces, etc. (Angl.)

Afficolant, adj.—Inutile, nuisible. (Expr. acadienne)

Afficots, Affiquiots, n. m.

Affiquet, ajustement de femme. Ex. Cette femme a mis tous ses afficots, c.-à.-d. qu'elle affiche toutes ses parures, colliers, bracelets, épingles, etc.

Affidavid, n. m.

Affidavit, déclaration avec serment faite devant une autorité.

Affiler, v. a. et n.

—Tailler en pointe, aiguiser. Ex. Mon crayon est mal affilé.

—Amadouer. Ex. Pour le convaincre, il faut d'abord l'affiler.

—Se préparer. Ex. Affile-toi pour partir bientôt.

—Aligner, mettre à la file.

Affirmative (dans l'), loc.

—Affirmativement. Ex. Quelle réponse ferez-vous? Je répondrai dans l'affirmative, cela vaudra beaucoup mieux.

Affligé, e, adj.

—Malade. Ex. Une personne affligée des yeux, des oreilles.

Affrancher, v. a.—Hongrer, procédé qui vient de la Hongrie.

Affranchir, v. a.

—Châtrer, hongrer.

—Greffer.

—Civiliser les nations sauvages, les tirer de la barbarie.

Affranchisseur, n. m.—Châtreur de bestiaux.

Affronter, v. a.

—Tromper impudemment.

—Aborder de front, rencontrer face à face.

Affûtage, n. m.—Tir à l'affût.

Affûteur, n. m.—Tireur à l'affût.

Affûts, n. pl.

Ruses, dissimulation. Ex. Vos affûts me laissent absolument froid, je saurai m'y soustraire.

Afistoler, v. a.

Arranger, se parer, se mettre beau, rafistoler.

—Enjôler.

—Raccommoder.

—Remettre à neuf. Ex. Afistoler un vieil habit.

* Aft. (m. a.)—A l'arrière. (Terme de marine.)

Agacer, v. a.

—Produire sur les dents une sensation désagréable provenant de la saveur aigre ou acide. Ex. L'alun agace les dents.

—Emousser une scie.

* Agate, (Angl.)

Parisienne ou Sédanaise. 5½ points. (T. d'impr.)

Age, n. f.

Age, n. m. Ex. Nous sommes tous deux de la même âge.

Age (à bout d'), loc.

Très vieux. Ex. Etre rendu à bout d'âge.

Age (être en), loc.

—Avoir atteint la majorité, l'âge de vingt et un ans. Ex. Maintenant que tu es en âge, tu vas jeûner pendant le carême.

Age (hors d'), loc.

Très vieux. Se dit surtout des animaux. Ex. Mon cheval blanc est hors d'âge, ménageons-le.

Agent, n. m.

Agent de station, chef de gare.

Agent de télégraphe, télégraphiste.

Agent des Terres de la Couronne, officier préposé à la vente des terres.

Agent des passagers, employé préposé au service des voyageurs.

Ageter, v. a.—Acheter.

Ageteur, euse, n. m. et adj.—Acheteur.

Agets, ajets, n. m. pl.

Les agets sont les douze jours qui commencent avec la Noël pour finir aux Rois; la température de chacun d'eux sert de pronostic pour les douze mois de l'année qui va commencer. Ainsi Noël, c'est janvier, le 26 décembre, février, etc., etc.

M. Rivard signale, dans le B. P. F. (v. 2. p. 39-41), que le mot aget s'emploie différemment dans certaines parties de la province de Québec: présage, pronostic, dans la région de St-Hyacinthe; êtres d'une maison, dans la région du Saguenay et dans le comté de Charlevoix; comble de la mesure, dans le comté de Dorchester.

Aget veut dire habitude, manière d'être. On dit ajeu à Caen, et agi dans le patois de Provence.

Agever, v. a.—Achever. Ex. Cette femme est belle agevée.

Agir (en), loc.

En user. Ex. Il faudra que tu en agisses bien avec cet homme-là, c'est-à-dire que tu t'en serves de manière à le satisfaire.

Agoïen, enne, n. m. et f.

Acadien. Ex. Ce doit être un agoïen de Madawaska, il parle pas comme tout le monde.

Agoniser, v. a.

Accabler d'injures, agonir. Ex. C'est une mauvaise langue, il m'a agonisé de bêtises.

Agoucer, v. a.

Exciter, irriter. Ex. N'agouce pas le chien, il est malin. Agoucer paraît être une corruption d'agacer.

Agrafe, n. f.—Fermoir d'un livre, d'un porte-monnaie.

Agrafer, v. c.

—Saisir au passage et retenir. Ex. Cet importun m'a agrafé, c'est-à-dire, il m'a retenu en s'accrochant à mon bras.

—Orthographier. Ex. Un homme qui agrafe mal.

Agrains, n. m. pl.

Criblures, résidu de ce qui est passé au crible.

Agrayer, v. a.

Gréer, garnir un bâtiment, un mât, de voiles, poulies, cordages.

Agréient, n. m.

Ingrédient, ce qui entre dans la composition d'un médicament, d'une boisson.

Agrément, n. m.

Plaisir, joie. Ex. Nous avons eu beaucoup de plaisir, sans compter l'agrément. Vaugelas avait condamné ce mot qui, de son temps, s'écrivait agreement.

Agrès, n. m.

—Engins de pêche.

—Outils.

—Personne désagréable.

—Attelage d'un cheval.

Agréyer, v. a.—(V. Agrayer).

Agréyer (s'), v. pr.—S'habiller en vue d'une promenade.

Agréyer (se faire), loc.—Se faire donner des coups violents.

Agréiable, adj.—Agréable.

Agricher, v. a.—Saisir, mettre les crocs sur une proie quelconque.

Agripper, v. a.—Prendre avidement, accrocher. (Fr. fam.)

Agripper (s'), v. pr.—S'agriffer, s'attacher avec les griffes.

Agrouer (s'), v. pr.—S'accroupir.

Aguette (d'), loc.

En tapinois. Ex. Cette femme marche d'aguette. Le vieux français nous a laissé le mot agait, guet, veille, et aguaiter, guetter.

Aguettes (aux), loc. Aux aguets. Ex. Notre servante est toujours aux aguettes pour renifler nos paroles.

Agurir, v. a.—Ahurir, ennuyer, troubler.

Agurissement, n. m.—Ahurissement.

Ahan, n. m.

Effort qui essouffle le travailleur, le bûcheur.

Aider à quelqu'un.

Aider quelqu'un, le secourir, l'assister. Aider à quelqu'un signifie contribuer à son travail.

Aiduille, n. f.—Aiguille. Ex. Une aiduille à laine.

Aiduillée, n. f.—Aiguillée. Ex. Une aiduillée de fil.

Aigle pêcheur, n. m.—Balbuzard (faucon) de la Caroline.

Aigrefin, n. m.—Etre faible, de complexion délicate.

Aigrettes, n. f. pl.—Fétus du chanvre ou de lin.

Aiguillettes (en), loc.

En pièces. Ex. En voulant réparer un meuble, je l'ai mis en aiguillettes.

Aillère, n. f.

—Œillère, dent canine de la mâchoire supérieure.

—Œillère, visière.

Aillis, n. m.—Taillis, broussailles.

Aïol, n. m.—Aïeul.

Ain, n. m.—Haim, hameçon.

Air, n. f.

S'emploie souvent au féminin, mais à tort. Ex. L'air est fine ce matin, il fait un froid de loup.—Jouer une belle air de piano.

Air, n. m.

—Erre, allure, train, vitesse. Ex. Si tu veux sauter plus haut, prend plus d'air.

—Arrhes. Ex. Je lui ai donné une piastre d'air.

—Souffle. Ex. Impossible d'aller en chaloupe aujourd'hui, il n'y a pas un air de vent.

Etre en air, être disposé, être en veine. Ex. Je suis en air de travailler ce matin.

Se donner des airs, affecter certaines prétentions.

Vivre de l'air du temps, vivre de rien ou de peu de chose.

Monter en l'air, monter haut.

Etre en l'air, être très gai.

Avoir de l'air, se tromper. Ex. Quelle heure est-il? Il est deux heures. T'en as de l'air! il est quatre heures.

Donner un air d'aller, donner un élan.

Perdre son air, perdre son aplomb.

Faire de l'air, laisser passer l'air extérieur. Ex. Une croisée qui fait de l'air.

Prendre l'air, laisser passer l'air de l'intérieur à l'extérieur. Ex. Une pompe qui prend l'air.

Avoir de faux airs, ressembler vaguement. Ex. L'enfant a de faux airs de sa mère.

Airer, v. a.

Aérer, ventiler. Ex. Aire le salon comme il faut.

Airrhes, n. f. p.

Arrhes, argent donné à l'avance pour assurer l'exécution d'un marché.

Airs, n. m. pl.

Etres, aîtres. Ex. Je connais tous les airs de cette maison, c'est-à-dire la disposition des diverses parties d'une maison.

Ajambée, n. f.—Enjambée.

Ajamber, v. a.—Enjamber.

Ajouter à quelqu'un.

Ex. Je lui ajoutai, pour j'ajoutai à ce que je lui ai dit.

Al, alle, pron. pers. f.

Elle, devant une voyelle ou une h muette. Ex. Alle est allée à la messe.

Alalime, adv. et adj.

—Unanimement. Ex. Notre candidat a été élu alalime.

—Unanime. Ex. Etes-vous alalimes pour régler cette question?

Alan, n. m.—Elan.

Alarte, adj. f.—Alerte.

* Alderman, (al-deur-mane).—(m. a.)

Conseiller municipal.

Alener, v. a. et n.

—Anneler, mettre un anneau dans le groin d'un cochon.

—Agneler.

Alentir, v. a.

Ralentir. Molière a employé alentir.

Alentir (s'), v. pr.—Se ralentir.

Alentour, adv.

Autour. Ex. Qu'as-tu à rôder alentour de moi? Il ne faut pas confondre autour avec alentour, dit la grammaire.

Alentours (dans les), loc.

Environ. Ex. Mon père a dans les alentours de cinquante ans.

Algonquin, n. m.

—Personne d'apparence bizarre, mal vêtue.

—Langage incompréhensible. Ex. Qu'est-ce que tu baragouines? Parles-tu l'algonquin?

Ali, e, adj.

Pâte mal cuite. Ex. Ce pain est mal cuit, il est ali.

A lieur de, loc. adv.

Au lieu de. Ex. Je lui ai recommandé d'aller aux vêpres, a lieur de cela, il est allé au Nickel.

Alimal, alimaux, n. m.

Animal, animaux.

Alise, n. f.—Bourdaine.

Alitré, e, adj.

Avivé, légèrement enflammé. Ex. Cet enfant a les joues alitrées.

* All aboard al-a-bôrde (m. a.)

En voiture! En voiture!

Allable, adj.

Action d'aller. Ex. Les chemins sont dans un état terrible, ce n'est pas allable.

Allant, part. pr. du verbe aller.

Bien ou mal disposé à marcher. Ex. Mon cheval n'est pas allant, aujourd'hui.

Allant à dire, loc.

De nature à laisser croire ou entendre. Ex. Il s'est servi d'une expression allant à dire que j'avais faussé la vérité.

Allébore, n. m.—Ellébore.

Allège, adj.

Lège, à vide, non chargé. Ex. Ma voiture est allège, embarque tes valises.

Allégéance, n. f.—Allégeance.

Allégir, v. a.

Alléger. Ex. Depuis la dernière fois que je me suis pesé, j'ai allégi de dix livres.

Allégir (s'), v. pron.

—Diminuer son fardeau.

—Se soulager. Ex. Je lui ai dit ma façon de penser, cela m'a beaucoup allégi, car j'en avais gros sur le cœur.

Allégué, n. m.

Allégation, Employé substantivement, le mot allégué a rencontré beaucoup d'adversaires, parce qu'il n'est pas reconnu par l'Académie et qu'il ne se rencontre pas dans les dictionnaires, à l'exception de Littré. L'usage que nous en faisons en Canada a rendu ce mot presque indispensable, et allégué restera.

Allemagne, n. c.

Ecole d'Allemagne, école normale.

Argent d'Allemagne.. Ex Cette cuiller est en argent d'Allemagne; métal qui vient d'Allemagne.

Aller, v. n.

Ce mot s'emploie dans différentes acceptions:

—Ex. Aller sur la soixantaine, avoir dépassé cinquante-neuf ans.

Aller au prêtre, requérir ses services.

Aller le train de la blanche, très doucement.

Aller piamme-piamme, aller petit train.

Aller au contraire, contester, contredire.

Y aller, commencer. Ex. Allons-y, mon cher, l'ouvrage commande.

Aller de trian, de biais.

Aller (à), loc.

Où aller. Ex. J'ai encore deux places à aller.

Aller (s'en), v. pr.

—Arriver. Ex. Il s'en va midi.

—Etre à l'article de la mort. Ex. Je t'assure que notre malade s'en va.

Aller (se faire), loc.

Expédier vite une affaire, un ouvrage quelconque. Ex. Si tu veux réussir, tu as besoin de te faire aller. Expression populaire employée, en France, pour signifier berner.

Aller d'venir.

—En sens opposé. Ex. Mon mal part du cou et vient finir dans le bas du dos, frotte-moi avec du liniment aller d'venir.

—Course rapide. Ex. J'arrive du marché, je n'ai fait qu'aller d'venir.

* Alley, (m. a).—Bille en verre de couleur, boulet.

* All fours, al fôrze (m. a.)—Impériale. (T. de jeu de cartes).

Allonge, n. f.

Annexe, prolongement apporté à une maison. Ex. Ma maison fait face à la rue Hébert, mais j'ai fait construire une allonge sur la rue Laval.

Allonger (s'), v. pr.

—Payer. Ex. Il a bien fallu qu'il s'allongeât de cinquante piastres.

—Se coucher, s'étendre de tout son long. Ex. N'ayant pas de lit pour m'y coucher, je me suis allongé par terre.

Allouance, n. f.

—Concession. Ex. Tu me feras bien une petite allouance de cinq par cent.

—Réserve, espace de terrain réservé pour les chemins.

Allumé, adj.

Légèrement pris de vin. En France, la même expression s'emploie pour dire être abreuvé.

Allumer, v. n.

Se reposer. Ex. Pierre, entre donc allumer, nous allons rire. Le mot pipe est évidemment sous-entendu, mais comme la question peut être aussi bien adressée à un passant qui ne fume jamais, le sens de se reposer nous paraît le plus rationnel.

Allure, n. f.

—Démarche. Ex. Voici une personne de belle allure.

—Bon sens, entrain. Ex. Cette chanson n'a pas d'allure, cette danse a beaucoup d'allure.

Almenach, n. m.

Almanach.

Alorsse, adv.—Alors.

Alouette branle=queue, n. f.—Maubèche tachetée.

Alouette des prés, n. f.—Maubèche à poitrine cendrée.

Alouette pipi, n. f.—Farlouse de la Louisiane.

Alouette solitaire, n. f.—Chevalier solitaire.

Alphabette, n. f.—Alphabet, n. m.

Alsphate, n. m.—Asphalte.

Altérage, n. m.—Atterrage, rive glacée d'une rivière.

Altère, n. f.—Artère.

Alton (fil d'), n. m.

Fil de laiton. Autrefois laton ou leton se disait.

Alumelle, n. f.

—Lame d'un canif, d'un couteau.

—Surplis sans manche.

Aluminum, n. m.—Aluminium.

A maille et à corde, loc.

—A bout de ressources. Ex. Ce pauvre diable est rendu à maille et à corde. Clapin cite l'expression à mâts cordes parmi les canadianismes, pour signifier la même chose.

—Péniblement. Ex. Travailler à maille et à corde.

A main, loc.—Commode, à la main.

Amalgamation, n. f.—Fusion, union.

Amalgamer, v. a.

Unir, fondre ensemble. Ex. Ces deux compagnies de chemin de fer vont être amalgamées.

Amancher, v. a. et n.

—Ajuster, mettre en ordre. Ex. Cette femme est bien mal amanchée.

—Arranger. Ex. C'est une affaire qui a été mal amanchée.

—Tromper. Ex. Ce gars-là m'a amanché de la belle façon.

—Emmancher, mettre un manche.

—Donner, flanquer. Ex. Baptiste m'a amanché un coup de poing qui m'a fait voir trente-six chandelles.

—Aboucher. Ex. Amancher des tuyaux.

Amancher (s'), v. pr.

—S'habiller. Ex. Il fait un temps de chien, je ne sais vraiment comment m'amancher.

—Prendre ses mesures. Ex. Je vais m'amancher de telle façon qu'il n'aura pas le dernier mot.

—S'emmancher. Ex. Je te dis que ça s'amanche pas de même.

Amanchure, n. f.

—Manière dont une personne ou une chose sont terminées. Ex. Comme tu est mal habillé! quelle amanchure?

—Affaire mal arrangée et incompréhensible.

—Ouvrage mal fait.

Amant, n. m.—Aimant. Ex. Voici de la pierre d'amant.

Amarinades, n. f.—Marinades, conserves au vinaigre.

Amarinages, n. f.—Marinades.

Amariner, v. a.

—Mettre des légumes en conserves.

—Semoncer. Ex. Je me suis fait amariner par mon père, qui était de mauvaise humeur.

Amarrer, v. a. et n.

—Attacher. Ex. Amarrer ses souliers.

—Arrêter. Ex. Il y a assez longtemps que nous travaillons, amarrons.

—Joindre les deux bouts. Ex. A force d'économie, j'ai fini par amarrer.

—Avoir égalité de votes. Ex. Nos deux candidats ont amarré, ils ont reçu chacun 2250 votes.

Dans le principe, amarrer signifiait préparer un navire pour la mer, et plus tard arranger, mettre en ordre.

Amassis, n. m.—Ramassis, amas.

A matin, loc.

Ce matin. Ex. Crois-tu qu'il fait beau, à matin.

Ambiber, v. a.—Imbiber.

Ambine, n. f.

Lien fait de branches flexibles qui relie les bâtons d'un traîneau.

Ambitieux, euse, adj.—Orgueilleux.

Ambition, n. f.

—Orgueil.

—Rivaliser. Ex. Ils sont tous deux à l'ambition, c'est à qui en fera le plus.

—Persévérer, être courageux. Ex. C'est un homme qui travaille d'ambition, aussi réussit-il.

Ambitionner (s'), v. pr.

S'entêter, s'efforcer plus que de raison. Ex. Plus je travaille, plus je m'ambitionne pour finir plus vite.

Amblette, n. f.

—Hart tordue pour lier les piquets de clôture.

—Carcan de bois qui sert à attacher les bêtes à cornes dans l'étable.

Ambre, n. m.—Amble.

Ambrer, v. n.—Ambler, aller l'amble.

Ambreur, n. m.—Ambleur, cheval qui va l'amble.

Ame en peine, n. f.

Individu qui promène son chagrin un peu partout.

Amelette, n. f.—Omelette.

Amen.

Jusqu'à amen, jusqu'à épuisement. Ex. Je lui ai chanté pouilles jusqu'à amen. Amen est un mot hébreu.

Amendement (en).

Comme amendement. Ex. Nous proposons en amendement à la motion, les mots qui suivent.

Amener, v. a.

Produire. Ex. Puisque tu prétends cela, amène tes preuves.

Américain, n. m. et f.—Citoyen, citoyenne des Etats-Unis.

Américanisation, n. f.

Acte légal qui rend quelqu'un citoyen de la république des Etats-Unis.

Américaniser, v. n.

Se faire naturaliser citoyen de la grande république des Etats-Unis.

Amérique, n. f.

Pour les Canadiens-Français en général, l'Amérique se confond avec les Etats-Unis. Partir pour l'Amérique, c'est traverser la ligne frontière entre le Canada et les E.-U.

Ames (les), n. f. pl.

Les âmes détenues dans le purgatoire. Ex. Je promets, si je réussis, de faire dire une messe pour les âmes.

Ames (les bonnes), n. f. pl.—Les âmes du purgatoire.

Amet, n. m.—Lumière, balise, point de repère, jalon.

Ameuiller, v. n.

—Se dit d'une vache très avancée dans sa gestation.

—Arriver au but, finir. Ex. Ameuille donc, termine ton ouvrage.

Ami, n. m.

Amis comme cochons, amis inséparables, par allusion au cochon de saint Antoine.

Il n'y a pas à dire mon bel ami, inutile d'hésiter.

Amiauler, v. a.—Amadouer.

Amicablement, adv.—Amiablement.

Amiqué, n. f.—Amitié.

Amlette, n. f.

Omelette. Ex. Manger des amlettes au lard.

Amollir (s'), v. pr.

S'adoucir. Ex. Le temps s'amollit, le froid achève.

Ammunition, n. f.

Munition de chasse ou de guerre.

Amont, adv.

—Contre. Ex. Ne grimpe pas amont la clôture.

—Parmi. Ex. Il était amont les autres gars.

—Au milieu. Ex. J'ai trouvé un nid d'oiseau amont le blé.

Amont (d'), loc.

Auprès de. Ex. Veux-tu bien t'ôter d'amont moi?

Amonter (s'), v. pr.

Monter. Ex. Votre billet s'amonte à cinquante piastres.

Amorphosé, v. p.

Métamorphosé, absorbé dans ses pensées au point d'être comme immobilisé. Ex. Remue-toi donc, es-tu amorphosé?

Amouneter, v. a.

Admonester. Expression plutôt acadienne, signifiant calmer.

Amour, n. m.

Tomber en amour, devenir amoureux.

Etre en amour, être amoureux.

Faire l'amour, faire la cour à une personne du sexe.

Pomme d'amour, pomme d'api.

Ampas, n. m.

—Appât.

—Entraves. Liens fixés aux pieds d'un cheval pour gêner sa marche.

Lampas. Engorgement de la membrane qui tapisse le palais des jeunes chevaux.

Ampâter, v. a.—Amorcer, garnir d'une amorce.

Ampouille, n. f.—Ampoule.

Ampouler, v. a.—Produire des ampoules, des boursouflures.

Amusard, adj. et n.

Homme loquace, qui prend du plaisir à perdre son temps et à faire perdre le temps des autres, un musard.

Amusement n. f.

Amusement, n. m. Ex. C'est une belle amusement.

Amuser (s'), v. a.

—S'arrêter en route. Ex. Amusons-nous point, le temps presse.

Amuser le temps, perdre le temps en niaiseries.

Amuseux, adj.

—Amuseur, enjôleur.

—Musard, négligent.

Amusouère, n. m.—Amusoire, moyen d'amuser.

Anales, n. f. pl.

Annales. Ex. Je suis abonné aux Anales de la Bonne Sainte-Anne.

Anbandon, n. m.—Abandon.

Anbandonner, v. a.—Abandonner.

Ancanter, v. a.

Appuyer, donner une position plus stable et plus confortable. Ex. Ne bouge pas, nous allons t'ancanter avec des oreillers.

Ancanter (s'), v. pr.

Se donner une position plus ou moins déclive dans un lit ou un fauteuil.

Anchet, n. m.

—Appât.

—Ver de terre.

Ancre (à l'), loc.

Ne rien faire. Ex. Pierre a perdu sa place, le voilà de nouveau à l'ancre.

Ancre de perle, n. m.

Nacre de perle. Ex. Un chapelet en ancre de perle a été perdu dans cette église. Prière de le remettre au bedeau.

Ancrer, v. n.—S'asseoir pour longtemps.

Andille, n. f.—Anguille.

Andouille, n. f.

—Individu mou, sans ossature. Ex. Va travailler, espèce d'andouille.

Dépendeux d'andouilles, v. Dépendeux.

Ane, n. m.

Faire l'âne pour avoir de l'avoine, feindre d'ignorer une chose pour se la faire redire.

Agir de bonne foi comme un âne qui pète, avec la meilleure foi du monde.

Ange, n. m.—Papillon de nuit.

Ange cornu, n. m.

Individu, qui sous des apparences angéliques, mérite la défiance.

Angel's cake endjèle kéke (m. a.)—Gâteau des anges.

Angelu, n. m.—Angelus.

Angencement, n. m.—Agencement.

Angencer, v. a.—Agencer.

Angenouiller (s'), v. pr.—S'agenouiller.

Anges (gâteau des), n. m.

Gâteau léger, très sucré, sous forme d'anneau.

Anglaise, n. f.

Jouer à l'anglaise (Terme de jeu de balle). Frapper la balle d'une façon particulière et très élégante. Ex. Cet écolier a une belle anglaise.

Anglification, n. f.

Fait de devenir anglais. Ex. Il est souvent question au Canada de l'anglification de la race française.

Anglifier (s'), v. pr.

S'angliciser. Ex. Les Canadiens-Français n'ont pas l'air décidés de s'anglifier de sitôt.

Anguille=brûle, n. f.

Cache-tampon. Jeu d'enfants où l'on cache un mouchoir roulé en tampon, que l'un des joueurs doit chercher et dont il frappe, lorsqu'il l'a trouvé, ceux qu'il peut atteindre.

Anguille de roche, n. f.—Ammodyte d'Amérique.

Animau, n. m.—Animal.

Anis sauvage, n. m.

Aralie à fleurs en grappe. Racine aussi grosse que le bras, recommandée comme ingrédient dans la petite bière d'épinette.

Anmorcer, v. a.—Amorcer.

Anmorphoser, v. a.

Métamorphoser. V. Amorphosé.

Anmouracher (s'), v. pr.—S'amouracher.

Anneau, n. m.

Rond, coulant. Ex. Passe-moi donc mon anneau de serviette.

Année de la grande noirceur.

Il y eut plusieurs noirceurs en Canada, mais la plus célèbre remonte à l'année 1785 (15 octobre). Ex. Un tel est venu au monde l'année de la grande noirceur.

Année du grand choléra.

Année 1832, qui vit mourir en quatre mois plus de 3500 personnes.

Année du grand dérangement.

Année 1755, qui a été témoin de la dispersion de nos frères de l'Acadie en terre étrangère.

Année du siège.

Année 1759. Nos ancêtres faisaient remonter à cette année-là une foule de choses et d'objets antiques.

Année fiscale, n. f.

Exercice financier qui embrasse une période de douze mois. Dans la Province de Québec, l'année fiscale commence le 1er jour de juillet.

Années (les bonnes), n. f. pl.

Dicton populaire, qui veut qu'autrefois les récoltes étaient plus abondantes que celles d'aujourd'hui. Alors c'était l'âge d'or, les bonnes années.

Annexion, n. f.

Incorporation des Canadiens au peuple de la république des Etats-Unis.

Annexionniste, n. m.

Partisan de l'annexion du Canada aux Etats-Unis.

Annoncer, v. n.

Bien paraître. Ex. Cet enfant annonce bien.

Annuiter (s'), v. pron.

Se laisser surprendre par la nuit. Expression déjà démodée en France au XVIIe siècle.

A noir, loc.

Entièrement, complètement. Ex. Nous avons vendu nos gants à noir. J'ai clairé à noir toute cette marmaille.

Anouillère, adj.

Se dit d'une vache, lorsqu' elle continue de donner du lait sans avoir de veau. Dans la Vendée, on dit nolière. Nous disons aussi anoyère, ennayère.

Anpât, n. m.—Appât.

Anpâter, v. a.—Appâter.

Anpauvrir, v. a.—Appauvrir.

Anpauvrir (s'), v. pr.

S'appauvrir, perdre sa fortune ou sa santé.

Anse, n. m.—Anse, n. f.

Ansillon, n. m.

Espèce de col de cornue par où l'anguille fait son chemin pour aller s'emprisonner dans un coffre de bois.

Antéchrit, n. m.—Antéchrist.

* Anticipation, n. f. (Angl.)—Attente.

* Anticiper, v. a. (Angl.)

—Prévoir. Ex. J'anticipe des embarras sans nombre.

—Empiéter. Ex. N'anticipons pas sur nos revenus.

—Espérer. Ex. J'anticipe un grand succès dans cette affaire.

* Antimacassar, n. m. (Angl.)

Dossier ou voile de fauteuil.

Antiquités, n. f.

Antiquailles, vieux objets de plus ou moins de valeur.

Anvaler, v. a.—Avaler.

* Anxieux, adj. (Angl.)

Désireux. Ex. Je suis anxieux d'aller vous voir.

Aouène, n. f.—Avoine.

Août, n. m.

Nous entendons souvent dire a-oût pour oût. Faute de prononciation.

Aparcevance, n. f.

—Apparence. Ex. La récolte a une belle aparcevance.

—Action d'apercevoir. Ex. La première aparcevance que j'en ai eue, ce fut à l'Auditorium.

Aparcevoir, v. a.—Apercevoir.

Aparçu, n. m.—Aperçu.

Aparément, adv.

Apparemment.

Apart, n. m.

Réserve. Ex. Je ferai un apart de cinq piastres pour toi seulement.

A part de, loc. adv.

Excepté, à part. Ex. Personne ne viendra au lac, à part de Jean, de toi et de moi.

Apartement, adv.

Apertement, au juste. Ex. Je ne sais pas apartement s'il viendra.

Apçon, n. m.—Hameçon.

Apetisser, v. a.—Rapetisser.

A pic, loc.

Susceptible. Ex. Cette femme est à pic, il faut s'en défier.

Aplatir, v. a.—Battre, donner une très forte leçon.

Aplatir (s'), v. pron.

S'abaisser, s'humilier. Ex. S'aplatir devant les grands de la terre.

A plein, loc. adv.

Beaucoup. Ex. Y avait-il beaucoup de monde à l'assemblée? Il y en avait à plein.

Aplomb, n. m.

—Avec force. Ex. Je lui ai porté un coup aplomb.

Perdre son aplomb, se laisser aller au découragement.

Prendre son aplomb, reprendre ses sens, sortir d'un état de faiblesse.

Aplomber (s'), v. pr.

—Se mettre d'aplomb. Ex. S'aplomber sur sa chaise.

—Prendre ses précautions.

A poil, loc. A cru. Ex. Je suis allé à cheval, mais j'étais à poil.

Apola, n. f.—Ragoût d'alouettes. Mot sauvage.

Apologie, n. f.—Faire des apologies, faire excuse.

Apothèque, n. f.—Hypothèque.

Apothéquer, v. a.—Hypothéquer.

Apothicaire, n. m.

Pharmacien. Ex. C'est un compte d'apothicaire que vous m'avez fait, c'est-à-dire, un compte sur lequel il y aurait beaucoup à rabattre.

Appareiller, v. a. et n.

—Préparer, habiller. Ex. Marguerite, appareille le petit pour sortir.

—Egaler. Ex. Cet homme est difficile à appareiller.

—Dresser. Ex. Marie, appareille la table pour le dîner.

—Apparier. Ex. Appareiller une paire de bas, de gants.

—Comparer. Ex. Il n'y a pas moyen de mieux appareiller ce gros homme qu'à une barrique.

Appareiller (s'), v. pron.

Se préparer à partir. Ex. Ma femme, appareillons-nous pour le bal du Gouverneur.

Apparence (d'), loc.

Vraisemblablement, selon les apparences.

Apparence que, loc.

D'après l'apparence. Ex. Apparence qu'il va faire beau; il va faire mauvais, apparence.

Appartement, n. m.

Pièce. Ex. J'ai une maison à louer; il y a cinq appartements, je puis ne vous en louer qu'un seul.

Appelable, adj.

Sujet à appel, en terme de jurisprudence. Ce mot ne se trouve pas dans le Dictionnaire de l'Académie, ni dans plusieurs autres grands dictionnaires, cependant le B. P. F. dit qu'il est français (III, p. 30).

Appeler, v. a.

—Convoquer.

—Donner. Ex. Monsieur, Jean m'appelle des noms.

Appelle (qui s'), loc.

En règle, bien défini. Ex. Pierre a reçu une râclée qui s'appelle...

Appétit, n. m.

Désir de posséder. Ex. Cet homme est prêt à tout sacrifier pour l'appétit de quelques piastres.

* Applicant, n. m.

Candidat, solliciteur. Ex. Il y a au moins vingt-cinq applicants à la charge de gardien de nuit. (Angl.)

* Application (faire), loc.

Faire une demande. Ex. Je vais faire application pour obtenir la place de messager. (Angl.)

Appliquant e, adj.—Qui exige beaucoup d'application.

Appliquer, v. n.—Faire une demande d'emploi. (Angl.)

Appoint, n. c.

—L'heure favorable. Ex. Je suis las d'attendre ses appoints.

—Avantage. Ex. C'est un grand appoint que la réussite de cette affaire.

* Appointement, n. m.

—Rendez-vous. Ex. J'ai un appointement avec le ministre des terres pour deux heures. (Angl.)

—Nomination. Ex. J'ai reçu mon appointement à raison de cent piastres par mois.

—Commodité. Ex. Attendre les appointements de Pierre et de Jacques.

* Appointer, v. a. (Angl.)

—Nommer. Ex. Le docteur Isambart a été appointé coroner.

—Fixer un rendez-vous. Ex. Je lui ai appointé un jour et une heure pour une entrevue.

Apport, n. m.—Etre à son apport, être à son compte.

* Appraiser, v. a.—Evaluer, estimer. (Angl.)

* Appraiseur, n. m.—Estimateur. (Angl.)

Approbation, (en) loc.

A l'essai, sous condition. Ex. J'ai acheté un chapeau en approbation.

Approchants (dans les), loc.

Approximativement. Ex. Cet animal pèse dans les approchants de trois cents livres.

Approche, (faire l')

Sonder le cœur d'une jeune fille. Ex. Pierre a l'intention de se marier, il vient de faire l'approche de ma sœur Adèle.

Approcher, v. a.

Faire des propositions. Ex. Au sujet de ce que je t'ai communiqué, as-tu approché ton frère.

Appropir, v. a.—Rendre propre.

* Appropriation, n. f.

Argent, crédit voté par les corporations ou les gouvernements. Ex. Nous serons payés à même les appropriations de l'année courante. (Angl.)

Approprier, v. a.—Affecter à un certain usage. (Angl.)

Appui de chaise, n. m.

Tringle en bois fixée au mur pour le protéger contre le frottement des chaises.

Apré! int.—Juron sans conséquence.

Après, prép.

—Poursuivre. Ex. Il est toujours après moi.

—À. Ex. On est après travailler.

—Le long de. Ex. Montons après le mur.

—Sur. Ex. Vous avez de la peinture après votre habit. Accotons-nous après la clôture.

—Par derrière. Ex. Ferme la porte après toi.

—Présence. Ex. Attends après moi.

—Occupation. Ex. Il est après manger.

Bossuet et Racine ont écrit: Je suis après à conclure. Pendant qu'on était après à me saigner.

Après vient-il de pressus, serré contre, ou du sanscrit parâ, en arrière, et param, ensuite?

Après (d'), loc.

Selon. Ex. D'après moi, il fera beau demain.

Après (en), loc.—Ensuite. Ex. Ceux-là viendront bien en après.

Après (par), loc.

Ensuite, après. Expression française, mais bien vieillie.

Apse, n. m.

Asthme. Ex. Je souffre de l'apse depuis deux ans.

A pu près, loc. adv.—A peu près, environ.

A quat'pattissement, n. m.

Le fait d'être à quatre pattes devant les pouvoirs publics, a fait naître ce barbarisme qui n'a pas d'égal dans la langue, à l'exception peut-être du mot struggleforlifer dont les Canadiens-Français ne sont pas responsables.

Aquer, v. a.—Amorcer un hameçon.

Aquette, n. m.

—Hoquet.

—Acquet.

Aragan, n. m.—V. Ouragan.

Araignée, n. f.

Avoir une araignée au plafond, n'être pas sain d'esprit. Expression correspondante à la locution latine musca in cerebro citée par Du Cange.

—Saxifrage sarmenteux. Plante de serres ou d'appartements, cultivée dans un pot suspendu.

A ras, loc. adv.

Tout près. Ex. Mon verre est plein à ras le bord.—Coupe cette tige à ras terre.—J'ai coupé la queue de mon chien tout à ras je t'en prie.

Arbe, n. m.—Arbre.

Arboutant, n. m.

—Terrain qui aboutit à un autre.

—Propriétaire du terrain.

—Aboutissant d'une terre.

Arbre de vie, n. m.

Cèdre blanc, ou thuja d'Occident; se trouve dans la région du lac Saint-Jean, et sert à la fabrication du bardeau.

Arcades, n. f.—Galeries de côté dans une église.

Arcajou, n. m.

Acajou. Ex. Tous mes meubles sont en bois d'arcajou.

Arce, n. f.—v. Arse.

Arche, n. f.

Arc de triomphe. Ex. C'est demain la procession du Saint-Sacrement; on a construit deux arches sur la rue St-Jean.

Archette, n. f.—Archet.

Archibête, adj.

Très bête. Ex. Pierre est bête, mais Jean est archibête.

Archidiocèse, n. m.

—Diocèse à la tête duquel se trouve un archevêque.

—Province ecclésiastique sous la juridiction d'un archevêque.

Arcompter, v. a.—Recompter, compter de nouveau.

Arçon, n. m.—Garçon. Ex. Viens ici, mon petit arçon.

Ardille, n. f.—Argile. Au moyen âge on disait ardrille, arsille.

Ardilleux, n. m. et adj.

—Argileux.

—Orgelet, petite tumeur inflammatoire qui se forme au bord des paupières, en forme de grain d'orge.

—Orgueilleux.

Ardoiser, v. a.—Couvrir en ardoise.

Arèche, n. f.

—Arète de poisson. Ex. J'étouffe, j'ai avalé une arèche.

—Pièce du parement d'un quai.

Aregnée, n. f.—Araignée.

A revoir, loc.—Au revoir.

Arganeau, n. m.

Organeau, anneau de fer où l'on attache un câble.

Argardable, adj.—Qui mérite d'être regardé.

Argardant, part.—Regardant.

Argarder, v. a.—Regarder.

Argent, n. m.

Jouer à l'argent, risquer de l'argent au jeu.

Argent de papier, papier monnaie.

Argent dur, monnaie d'argent.

Argent, n. f.

Argent, n. m. Ex. Est-ce de la bonne argent que vous avez là?

Argent mignon, n. m.—Argent que l'on garde au coffre.

Argenté, adj.

Riche. Ex. C'est un homme à l'aise, je t'assure qu'il est argenté.

Argenteries, n. f. pl.

Argenterie. Ex. Je fais encan, et je vendrai toutes mes argenteries. Louise, frotte donc nos argenteries.

Argents, n. m. pl.

Argent, fonds, deniers. Ex. Il vit à même les argents du public.

Argot, n. m.

—Ergot. Ex. Joseph est monté sur ses argots, il devient difficile de lui parler. Argot et ergot se disaient également bien au XVIe siècle.

—Ergot de seigle.

Argoté, adj.—Ergoté. Ex. Un coq bien argoté.

Arguer, v. n.—Argumenter, plaider.

Arias, arrias, n. m.

—Embarras, contrariété. Ex. Mes enfants me causent bien du arias.

—Attirail. Ex. Emporte tous tes arias avec toi.

—Tumulte. Ex. Entends-tu le tapage des enfants? Quel arias épouvantable!

En France arias s'emploie bien dans le sens de tracas. Ex. Que d'arias! Le vieux français disait arie.

Aridelle, n. f.—Ridelle.

* Arlepape, n. m. (Angl.)—Hornpipe, danse écossaise.

* Arlepatte, n. m. (Angl.)

Autre corruption du mot anglais hornpipe, danse très en vogue autrefois parmi nos Canadiens.

Arlevée, n. f.—Relevée. Ex. J'ai travaillé toute l'arlevée.

Arlovée, n. f.—V. Arlevée.

Armanach, n. m.—Almanach.

Armette germain, adj.

Issu de germain. Corruption de maître germain, cousin germain.

Armière, n. f.—Ormière.

Armise, n. f.—Remise.

Armoire montante, n. f.

Monte-plats ou monte-charge hissant les plats de la cuisine à la salle à manger.

Armoniaque, n. f.

Ammoniaque. Ménage dit: «L'usage veut qu'on dise armoniac, les Italiens disent de même armoniaco. Richelet disait, en 1680, sel armoniac.» (Observ. sur la langue française.)

Arouser, v. a.—Arroser.

Arousoir, n. m.—Arrosoir.

Arouter, v. a.—Routiner, former par la routine.

Arouter (s'), v. pr.—S'accoutumer, s'habituer.

Aroutiner, v. a.—Accoutumer, habituer.

Aroutiner (s'), v. pr.

S'habituer, prendre l'habitude de quelque chose.

Arpentage, n. m.

Levée des plans. Ex. Pierre va faire l'arpentage de ma terre.

Arpenteur, n. m.

Arpenteuse, chenille des phalènes dite géomètre. Ces chenilles dépourvues de pattes au milieu du corps, ne marchent qu'en se rapprochant les extrémités de manière à se recourber le corps en forme d'un U renversé.

Arrache=braquettes, n. m.

Petit instrument en fer servant à arracher les broquettes.

Arracher (en), loc.

Eprouver de grandes difficultés. Ex. Les nouveaux colons ont une grosse besogne à remplir, je te prie de croire qu'ils en arrachent.

Arracher (s'), v. pr.

Se tirer d'embarras. Ex. Il travaille tellement, qu'il finira par s'arracher.

Arracher (se faire).

Se faire enlever de force. Ex. Je me suis fait arracher pour accepter son invitation.

Arracher (se m').

Disputer la présence. Ex. On m'invite de droite et de gauche, enfin on se m'arrache.

Arracheur de dents, n. m.—Menteur.

Arracheux bon=temps.—Roger Bon-Temps. V. ce mot.

Arrachis, n. m.

—Arbre arraché.

—Partie de forêt dont les arbres ont été dévastés par un ouragan.

—Branchages employés comme bois de chauffage par les fabricants de sucre d'érable.

Arrainement, n. m.

Mise en accusation, au terme de la cour criminelle. Vieux mot français introduit, comme bien d'autres, dans la procédure anglaise au temps de la conquête de l'Angleterre par les Normands. En le refrancisant, nous ne faisons que prendre notre bien, notre butin, comme disaient les Normands, et comme nous disons nous-mêmes. Le verbe araisnier, cité par Godefroy, est un ancien mot qui signifiait adresser la parole, accuser, assigner. C'est bien l'origine du mot anglais arraignment. On avait dans le même temps le mot araisnement, action d'adresser la parole.

Arrangeant, adj.

De composition facile. Ex. Un homme bien arrangeant.

Arrangement, n. m.

—Conciliation. Ex. C'est un homme d'arrangement.

Arrangement d'hiver, d'été, service d'hiver, d'été sur les voies ferrées.

Arranger, v. a.

—Réparer. Ex. Fais donc arranger ton habit.

—Mettre quelqu'un à sa place. Ex. Il s'est fait arranger de la belle façon.

Arranger (s'), v. pr.

—Se parer, s'habiller pour sortir. Ex. Arrange-toi de ton mieux pour aller à l'église.

—Se tirer d'embarras. Ex. Arrange-toi comme tu pourras, je n'y peux plus rien.

Arrangeur, n. m.

Ouvrier qui répare. Ex. Voilà l'arrangeur de parapluies qui passe, faisons-le entrer. Nous disons aussi, un arrangeur d'horloges, de montres.

Arraroute.—Arrow-root. (Angl.)

Arrestation, n. f.

Arrêt. Ex. Le juge a lancé un mandat d'arrestation.

Arrêt, n. m.

Repos. Ex. Cet homme n'a pas d'arrêt, il remue toujours.

Arrêter, v. n.

—Attendre. Ex. Arrête, je ne serai pas absent bien longtemps.

—Cesser. Ex. Arrête de me chanter pouilles.

Arricot, n. m.—Pruche. Expression acadienne.

Arriérages, n. m. pl.

Arrérages.

Arrière, n. m.

Retard. Ex. Ma montre prend de l'arrière. Ce locataire a de l'arrière sur son loyer.

Arrimer, v. a.

—Arranger, réparer. Ex. Arrime-moi donc le toupet, que j'aie l'air de quelque chose.

—Battre, malmener. Ex. Je me suis fait arrimer proprement.

—Habiller, accoutrer. Ex. Mon tailleur m'a arrimé de son mieux.

—Avancer, se hâter.

Arrimer (s'), v. pr.

—S'habiller. Ex. Arrimons-nous de notre mieux avant de partir.

—Se placer, s'installer. Ex. Les sièges sont remplis, tâchons de nous arrimer autrement.

—Se mettre d'accord. Ex. Nos deux amis finiront par s'arrimer, ils ont trop de bon sens.

Arisée, n. f.

Risée. V. ce mot. Le cheval qui se lance avec vitesse, poussé par son conducteur, prend alors une arisée. Risée se dit plutôt qu'arisée, mot cité par Clapin.

Arriver, v. n.

—Obtenir une belle position. Ex. Cet homme est enfin arrivé à force de travail.

—Concorder. Ex. J'ai vérifié les deux comptes, mais ça n'arrive pas.

Arriver avec quelqu'un.—L'égaler, lui tenir tête.

Arroser, v. a.—Arroser un marché, boire en le concluant.

Arroser (s'), v. pr.—S'arroser la luette, le gosier, boire.

* Arrow=root, arorout. (m. a.)

Fécule comestible tirée des racines de la marante, du curcuma, etc. Mot usité en France.

Arse, n. f.

—Espace, place. Ex. Veux-tu me donner plus d'arse?—Il n'y a pas d'arse à se mettre.—Faites de l'arse, là-bas.

Arsoir, adv.—Hier soir. Marot a écrit hersoir.

Artichoux, n. m.—Bardane.

Artifailles, n. f. pl.—Afficôts. V. ce mot.

Artisse, n. m.—Artiste.

Arupiaux, n. m. pl.—Erypiaux, oreillons.

Arvenir, v. n.—Revenir.

As de pique, n. m.

—Propre à rien.

Etre planté quelque part comme un as de pique, se tenir debout de manière à gêner son voisin.

A seule fin.

Afin. Ex. Je t'ai fait demander à seule fin que tu règles ton compte.

Asile, n. m.

Hospice d'aliénés. Ex. Cet homme est fou, mettez-le à l'asile. C'est un craqué, il est mûr pour l'asile.

Asparge, n. f.—Asperge.

Aspargès, n. m.—Aspergès.

Aspect, n. m.

Apparence. Ex. Les récoltes ont un bel aspect.

* Aspersions, n. f. pl.

Attaques malicieuses, diffamation. (Angl.)

Assaiye, n. m.

Essai. Ex. Nous allons te mettre à l'assaiye.

Assayer, v. a.—Essayer.

* Assaut, n. m.—Voie de faits. (Angl.)

Assavoir, v. et conj.

—Savoir. Ex. Je vous écris pour vous faire assavoir de mes nouvelles.

—Savoir. Ex. Ils étaient deux, assavoir Jacques et Jean. Molière s'est servi de ce mot dans son Tartufe:

"Le bal et la grand'bande, assavoir deux musettes."

Assemblée, n. f.

Faufilage. Ex. Fais donc une assemblée pour que je puisse terminer ma couture.

Assembler, v. a.

Faufiler, faire une fausse couture à longs points.

Assermentation, n. f.

—Prestation du serment.

—Action d'assermenter quelqu'un.

Assermenter, v. a.

Attester par serment. Ex. Son témoignage a-t-il été assermenté?

Assesseur, n. m.—Estimateur officiel.

Asseyer, v. a.—Essayer.

Assez, adv.

—Tellement. Ex. Ai-je été assez bonasse que je l'ai cru sur parole?

—Assez bon. Ex. Michel est assez poète.

Assinabe, n. f.

Grosse pierre employée par les sauvages pour retenir au fond de l'eau un filet, une seine.

Assination, n. f.

Assignation. Ex. Nous allons jouer aux cartes, mais pas d'assination, s'il vous plaît.

Assiner, v. n.

Tricher au moyen de signes. Ex. Nous allons jouer au quatre-sept, mais il est défendu d'assiner.

Assir, v. a.—Asseoir. Ex. Tais-toi ou je vais t'assir.

Assir (s'), v. p.

S'asseoir. Ce mot est fort en vogue. Ronsard a dit: "Assisons-nous sur cette molle couche."

Assistance, n. f.

Présence. Ex. Je suis allé à la conférence du juge Routhier, l'assistance de mille personnes rendues pour l'écouter, lui fait honneur.

Assistant, n. m.

—Adjoint. Ex. Je vais de ce pas chez l'assistant-commissaire des terres.

Assistant-bibliothécaire, sous-bibliothécaire.

Assister (s'), v. pr.—S'asseoir. Ex. Assistez-vous, monsieur.

Associé, n. m.—Compagnon, ami.

Associer avec, v. a.

S'associer avec.

Assommant, adj.

Accablant. Ex. Cet orateur donne des raisons assommantes.

Assommer, v. a.

Abattre l'esprit. Ex. La perte de sa fortune l'a assommé.

Assouer, v. a.

Actionner, intenter un procès. Expression acadienne.

Assumer, v. a.—Prendre charge. Ex. Il a assumé ma dette.

Astérique, n. m.

Astérisque, signe typographique en forme d'étoile * pour indiquer un renvoi, une lacune, etc.

Astheure, loc. adv.

A cette heure, maintenant, à l'heure présente. La Rochefoucauld, l'homme aux maximes, a écrit: Pour ne vous pas mentir, je me suis fort tourmenté qu'il serait bon d'être assuré asteure de ces affaires que d'attendre davantage (Lettres, 24.) La Boétie écrivait astheure. Montaigne a écrit asture.

Astination, n. f.—Obstination.

Astiner, v. n.—Obstiner. Ex. J'astine pas.

Astiner (s'), v. pr.—S'opiniâtrer à vouloir faire une chose.

Atoca, n. m.—Canneberge à gros fruits.

Atosset, n. m.

Nom sauvage d'un poisson que l'on trouve dans les eaux du lac Saint-Jean.

Atout, n. m.

Agréments, qualités extérieures, attraits. Ex. Voilà une femme qui a beaucoup d'atout. En Normandie, le mot adous signifie ornements, parures.

A tout de reste, loc. adv.

Quand même, de toutes ses forces. Ex. Il veut cela à tout de reste.

A toute, loc. adv.—Aussi bien que possible.

A toute éreinte, loc. adv.

De toutes ses forces. Ex. Travailler à toute éreinte.

Attache, n. f.

—Attachement, affection. Boileau et Racine se sont servi de ce mot pour exprimer la même idée.

—Lien. Ex. Mets des attaches à ton chapeau.

Attaque, n. f.—Jouer à l'attaque. V. Tague.

Attaquer, v. a.

Meurtrir, dans un état voisin de la corruption. Ex. Cette pomme est attaquée, mets-la de côté.

Attation, n. f.

Attention. Ex. Je te dis que le feu d'artifice durant les fêtes de Champlain a été beau, attation!

Attelage, n. m.

Harnais. Ex. Mets l'attelage sur le dos du cheval.

Attelée, n. f.

Forte dépense de travail. Ex. Puisqu'il y a tant à faire, donnons une bonne attelée.

Atteler, v. a.

—Mettre le harnais au dos du cheval. Ex. Baptiste, attelle la grise sur le quat'roues?

—Assujétir quelqu'un, le maîtriser. Ex. En voici un que j'attellerai au premier jour.

—Mettre dans une impasse, dans de mauvais draps.

Attelles (dans les), n. f. pl.

—Traîner une existence pénible. Ex. Il est dans les attelles.

—Faire un grand effort. Ex. Il va falloir tirer dans les attelles, la besogne est raide.

* Attendre pour quelqu'un.

Attendre après quelqu'un. (Angl.)

Attends bien (t').

Tu me comprends.

Attifiaux, n. m. pl.—Attifets.

Attigner, v. n.

Forcer beaucoup.

Attikkameg, n. m.

Poisson blanc. Nom d'une ancienne tribu sauvage cantonnée sur la rivière Saint-Maurice.

Attirer, v. n.

Faire suppurer. Ex. Sur ton clou (furoncle), mets un cataplasme de graine de lin, ça attire bien.

Attisée, n. f.

Un bon feu. Ex. Il commence à faire froid, nous allons faire une petite attisée.

Attorney, n. m.

Procureur chargé de représenter une partie en justice. Vieux mot français atorné. L'atorné, à Compiègne, est un magistrat élu pour trois ans à la Saint-Jean-Baptiste.

Attraper, v. a.

—Atteindre: Ex. J'ai attrapé mon but.

—Déshonorer.

Au, art.

—Le. Ex. Nous partirons au premier de mai.

—De. Ex. Une salade au poulet.

—Du. Ex. Voici le livre au père Lemoine.

Aubarge, n. f.—Auberge.

Aubargiste, n. m.—Aubergiste.

Aubel, n. m.

Aubier. Aubel se disait jadis.

Aucun, adj.—Tout, n'importe quel.

Aucun temps (en), loc. adv.

En tout temps. Ex. Tu pourras venir en aucun temps.

Aucun autre, loc. adv.—Tout autre.

Audience, n. f.—Auditoire.

* Auditer, v. a.—Vérifier les comptes. (Angl.)

* Auditeur, n. m.

Celui qui vérifie, examine les comptes. (Angl.)

* Audition, n. f.—Vérification des comptes. (Angl.)

Auge, n. m.—Auge, n. f.

Augmentation, n. f.—Partie de paroisse nouvellement annexée. Ex. L'augmentation de Somerset.

Augurer, v. n.—Avoir belle ou mauvaise apparence. Ex. Cette affaire augure mal.

Auieu de, loc. adv.—Au lieu de.

Aujord'hui, adv.—Aujourd'hui.

Au jour d'aujourd'hui, loc. adv.

Aujourd'hui même. Ce mot se décompose en quatre autres, dont deux, jour et hui ont la même signification.

Aumone, n. f.

Aumône. Ex. Faire l'aumone aux pauvres qui passent.

Aunage, n. m.

—Aunaie, lieu planté d'aunes.

—Branche d'aune.

Auparavant, adv.

Avant. Nous devons nous habiller chaudement auparavant que de nous mettre en route.

Auparavant moi, loc.—Avant moi.

Au ras.

V. A ras. On peut dire au ras de l'eau, de manière à être de niveau avec la surface de l'eau.

Auripiaux, n. m. pl.—Oreillons.

Aussi... comme, loc. adv.

Aussi... que. Ex. Il est aussi instruit comme toi.

Autant comme, loc. adv.

Autant que. Ex. J'exigerai autant comme vous.

Autant comme autant, loc. adv.

Tant et plus. Ex. Je l'ai réprimandé autant comme autant, et rien n'y fait.

Autant (en) que, loc. adv.

Autant que, en tant que. Ex. En autant que je m'en souviens, c'est vrai.

Autant dire, loc.

On peut dire, pour ainsi dire. Ex. Autant dire que ma fortune est compromise.

Aute, adj.

Autre. Ex. C'est une aute paire de manches. On trouve aute dans l'ancien français.

Authentiquer, v. a.—Rendre authentique. Mot vieilli.

Aux environs, loc.

Près de. Ex. Il est aux environs de quatre heures.

Avachi, n. m.—Paresseux.

Avachir, v. n.—Rendre lâche, paresseux.

Avachir (s'), v. pr.—Devenir lâche.

Avalanche, n. f.

Troupe, ribambelle. Ex. Une avalanche d'enfants à instruire.—As-tu vu sortir les écoliers du séminaire? Quelle avalanche!

Avalange, n. f.

Avalanche.

Avance (à l'), loc. adv.

D'avance, par anticipation. Ex. Je vais te payer à l'avance.

Avance (d'), adv.

—Vif, prompt à la besogne. Ex. Cet homme n'est pas d'avance.

—Des patates d'avance. V. Patates.

Avancé, n. m.

Allégation, assertion. Ex. Je vais répondre à tous ses avancés.

Avancer, v. a.

—Approcher. Ex. Avance donc cette chaise pour que je m'y asseoie.

—Commencer à se corrompre. Ex. Ce bifstek est pas mal avancé.

Avancer à quelqu'un.

Fournir des fonds. Ex. Avance-moi donc cinq piastres, j'en ai un grand besoin.

Avances, n. f.

—Racontars. Ex. Je n'ai que faire de tes avances, cela ne prend pas.

—Arrhes. Si tu veux que je corrige tes épreuves, donne-moi des avances.

Avant, adv. et n.

—Profondément. Ex. Creuse avant, si tu veux trouver de l'or.

—Aller trop vite. Ex. Ma montre prend de l'avant.

Avant (venir de l').

Briguer les suffrages. Ex. As-tu entendu dire que notre ami vient de l'avant pour les Communes.

Avant (en), loc.

—Briller. Ex. Cet élève est en avant de sa classe.

—Prévoir, savoir par avance. Ex. Un tel est en avant de son temps.

Avant (par), loc.

Avant. Ex. Il est venu par avant moi.

Avant-z-hier, loc adv.—Avant-hier.

Avarde, adj. f.

Avare. Ex. Cette femme est avarde.

Avaricieux, euse, adj.

Avare qui lésine sur tout.

Avarie, n. f.

—Malheur, dommages. Ex. Si nous n'avons pas d'avarie, nous serons bientôt prêts à partir.

—Besoin imprévu. Ex. En tout cas d'avarie, emportons nos parapluies.

Avarse, n. f.

Averse. Ex. Il tombe une avarse à boire debout.

Avé, prép.—Avec. Ex. Viens avé moi.

Avec, prép.

—Par. Ex. Je vais partir avec les chars.

—De. Ex. Que faire avec cela?

—Dans. Ex. Je n'ai rien à voir avec cela.

—Envers. Ex. Je suis quitte avec lui.

—De même. Ex. Il est resté coi, et moi avec.

Partir avec pas le sou, sans argent.

Aveindre, v. a.

Atteindre difficilement. Ex. Cet objet est très élevé, tout de même je vais essayer de l'aveindre.

Aveindu, p. p.

Aveint. Ex. Le docteur a eu de la misère à m'arracher une grosse dent malade, finalement il l'a aveindue.

Aveine, n. f.—Avoine.

Avenant, adj. part.

Advenant. Ex. Avenant le jour où tu voudras me voir, je serai là.

Avenante (à l'), loc. adv.—A l'avenant.

Avenir, v. n.—Convenir. Ex. Cet habit lui avient.

A venir jusqu'à, loc. adv.

Jusqu'à. Ex. Il s'est bien comporté à venir jusqu'au jour d'aujourd'hui.

Avention, n. f.

—A merveille. Ex. Cet orateur parle comme une avention.

—Dextérité. Ex. Voilà un enfant qui ira loin, il est plein d'aventions.

Aventionner, v. a.

Inventer. Ex. Cet ouvrier est très habile, il ne cesse pas d'aventionner quelque nouvelle machine.

Aventionner (s'), v. pr.

Se mettre dans l'idée. Ex. Aventionne-toi pas que tu puisses me blaguer, je connais tes trucs.

Avents (les), n. m. p.

L'Avent. Ex. Voilà les Avents qui arrivent, l'hiver va commencer. En France, on dit les avents des grands prédicateurs.

Aventurer (s'), v. pr.

Aller loin. Ex. J'arrive du lac à la Galette, je me suis même aventuré un peu plus loin.

Avérage, n. m.

Borne moyenne, vraie et admise. Ex. Ma terre m'a rapporté depuis trois ans trois cents minots de blé en avérage.

Averdingle, n. f.

—Avarie.

—Insulte, affront.

Avèré, adj.

Avéré, reconnu vrai. Ex. C'est un fait avèré que nous sommes en temps d'élection.

Avertisation, n. f.—Avertissement.

Aveuc, prép.—Avec.

Aviron, n. m.

Pagaie. L'aviron est une rame d'embarcation; la pagaie se manie sans qu'on l'appuie à l'embarcation.

Avis, n. m.—M'est avis, je suis d'avis.

* Aviser, v. a.

—Conseiller. Ex. Je vous aviserais de ne pas présenter cette loi devant les Chambres. (Angl.)

—Regarder. Ex. Examine sérieusement ton affaire, avise-la de près.

Aviseur, n. m.—Conseiller. (Angl.)

Avisse, n. f.—Vis.

Avisser, v. a.—Visser.

Avocasser, v. a.

Défendre, appuyer une théorie.

Le mot avocasser était l'une des expressions favorites de Sir George-Etienne Cartier. Nous trouvons dans Godefroy le mot avocassage pour signifier l'art de plaider, la profession d'avocat, et avocacion, plaidoyer, office d'avocat. L'Académie a admis avocasserie, en 1877, et avocasser est français et signifie exercer obscurément la profession d'avocat.

Avoine, n. f.

Faire manger de l'avoine à quelqu'un, le fait d'un jeune homme qui courtise une jeune fille avec plus d'avantage que tout autre.

Avoir, v. aux.

S'emploie dans une foule de locutions assez typiques.

Avoir le bras long, faire sentir son influence très au loin.

Avoir du sable dans les yeux, s'endormir, c'est l'homme au sable qui passe.

Avoir du pain sur la planche, avoir de l'argent de côté.

Avoir du chien, être brave, courageux.

Avoir des mots, se disputer.

Avoir mal aux cheveux, avoir la migraine le lendemain d'une noce.

Avoir l'estomac dans les talons, avoir une grande faim.

Avoir les côtes sur le long, être paresseux.

N'avoir pas inventé la poudre, être imbécile.

N'avoir pas inventé les boutons à quatre trous, même sens.

N'avoir pas la langue dans sa poche, parler beaucoup.

Avons (j'), v. aux.

Nous avons, j'ai. Expression très en vogue chez les Acadiens.

Avous? v. aux.

Avez-vous? Dans la farce de Pathelin, nous lisons: Avous mal aux dents, maistre Pierre?

Avri, n. s.—Avril.

Avril (poisson d').

Courir le poisson d'avril, c'est aller à la recherche d'une chose qui n'existe pas.

Ayau, n. m.—Noyau.

Ayère, n. f.

—Œillère, dent.

—Œillère, visière.

Âzur, n. m.—Azur. Ex. Bleu comme l'âzur.

 

B

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site